C’est à Vielle-Tursan près de Mont de Marsan, que nous démarrons l’aventure en allant retrouver la compagnie des Nomad Men pour découvrir leur cachette secrète et leurs machines insolites ! Et quelles machines ! Des objets roulants non identifiés qui apportent de la légèreté et une belle philosophie de vie ! L’unique but des Nomad Men, à travers des machines infernales, musicales, en métal et à pédales, est simplement de rassembler les gens et de les faire sourire !

Un rêve, que Quentin Prysbyla a démarré il y a 5 ans maintenant avec Alexis Pinheiro ! Tout droit sortis de l’imaginarium fantasque des deux artistes, leurs machines artistiques et mobiles, en structures métalliques de style Big Art, permettent de combiner leur passion pour la musique et leurs cœurs plein d’humanité.

 

No mad ! Les No Mad Men ne sont pas fous, mais plutôt des nomades rêveurs et poétiques dans l’âme, des makers passionnés de création, de fabrication, d’innovation et de voyage ! Leur fab-uleuse recette pour créer du bonheur est de mêler l’imagination, la conception, les objets de récup, la bricole, la musique, les rythmes endiablés, à une scénographie bucolique et surtout en utilisant beaucoup d’huile de coude !

 

 

 

Avec un look de vieux tracteurs, de vieilles bécanes ou d’insectes, leurs réalisations en acier rouillé coiffées de dentelles, apportent une touche poétique et artistique dès que les deux compères se mettent en scène sur leur machine en jouant de la batterie. Les machines des Nomad Men sont des tricycles ou véhicules SANS moteur et avancent grâce à l’énergie humaine en pédalant pour répondre à leur plus grand kiff : celui de déambuler dans les rues pour apporter une dose de joie à tous ceux qui croisent leur passage ! Quentin, designer de mobilier et décorateur d’intérieur, conçoit et réalise les créations.

 

Mais comme c’est toujours mieux ensemble que seul, Alexis apporte sa touche d’ingénieur en structure métallique ! Cette belle complémentarité de savoir-faire leur permet de fabriquer leurs rêves les plus fous ! Présents sur de nombreux festivals et événements, on a pu les voir au Danemark  au Gadeteaterfestival​, en Espagne​ au ​Mim Sueca​, mais aussi partout en France et bien évidemment à Maker Faire Paris où ils ont enchanté le public avec la BattMobile, une machine folle qui prend vie sous les yeux ébahis du public, grâce à sa double batterie installée à l’arrière sur un module s’élevant en l’air, incliné à 45°. Puis à ce moment du show, les deux batteurs le font tourner de plus en plus vite et jouent en pleine rotation.

 

A Maker Faire Paris, nous avons adoré rencontrer les makers, nous sommes tous dans la communauté des gens qui bougent, qui réfléchissent, qui rêvent et qui font rêver !

 

 

Des projets pleins la tête, Quentin a créé sa toute dernière machine pendant le confinement : ​LA HIT MACHINE, un tricycle nouvelle génération ​sans pédales ​! Cette machine exceptionnelle et démesurée – deux roues de 2m70 de diamètre à l’arrière et une roue de 1m30 à l’avant – risque de ne pas passer inaperçue ! C’est parfait, car c’est bien le but de nos deux makers diffuseurs de bonheur ! Ce travail machinesque sobre et efficace, aux dimensions totalement inhabituelles mais incontournables en art de rue révélera sa magie, une fois en action, car elle sera pilotée par trois personnes (du public) à 1m70 du sol ! Deux d’entre elles feront tourner les roues à la main pour avancer et un troisième courageux gérera la direction et la vitesse de l’engin à l’avant ! Nous avons hâte de les voir déambuler sur notre prochaine Maker Faire !

 

 

Bientôt, les Nomad Men vous accueilleront dans leur atelier installé dans les Landes, grâce à la mise en place d’ateliers découverte ou formations afin de pouvoir aller plus loin et faire participer le public à la création de ces machines folles !


Rédigé par Cécile Ravaux – StoryMaker

 

One Comment

  • Bartos thierry dit :

    Super article plein d’objectivité pour des artistes pleins d’énergie communicatives. Des personnes à rencontrer et a connaître. Petite précision le lieu de trouve à saint-Loubouer. Bravo encore

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend