Sur la plage abandonnée, coquillages et crustacés… Et plastiques ! On a tous en tête cette célèbre chanson de Brigitte Bardot, qui à l’époque, n’avait pas encore affaire à ce troisième élément, qui ne rime ni avec cette chanson, ni avec son environnement. A l’école de design Camondo, école d’Architecture intérieure & design située à Paris, la protection maritime a inspiré deux étudiantes, qui ont proposé comme projet de fin d’étude deux initiatives environnementales exceptionnelles 100% économie circulaire. Nous leur souhaitons un avenir radieux !  

 

SIAMENSIS de Aurore Sauvé

Fraîchement diplômée il y a deux semaines, Aurore s’est lancée dans un beau défi pour sensibiliser le grand public à la protection de l’environnement maritime. Cette jeune femme de 24 ans a grandi sur les belles plages du Pays Basques et a vu les jolis bancs de sable se détériorer à cause de la pollution plastique. Chaque année, 8 millions de tonnes de déchets finissent dans nos océans et constituent aujourd’hui le célèbre 7ème continent, une immense décharge marine dans le Pacifique. En 2050, nos océans auront plus de plastique que de poissons ! Transportés par les courants marins ou les vents, ces déchets viennent aussi s’échouer sur l’ensemble des littoraux… 

Pour répondre à ce constat, Aurore Sauvé a alors développé Siamensis, un projet de fin d’étude. Son nom signifie poisson nettoyeur d’aquarium d’intérieur 🙂 Bien plus qu’une poubelle, il s’agit d’un dispositif artistique destiné à être installé sur TOUTES LES PLAGES et son truc en plus, il raconte une histoire ! Par sa forme : une chaloupe à l’envers, cet exo-squelette réalisé en bois local – ou matériaux locaux en fonction des zones, s’intègre parfaitement dans l’environnement comme une oeuvre artistique et mise sur la curiosité et la bonne volonté des passants, des touristes pour y trouver tout son sens. Véritable Cathédrale des mers, cette initiative a pour but de sensibiliser au ramassage citoyen des déchets laissés par la mer sur les plages. Elle propose 5 bennes de tri, qui sont elles-mêmes faites en plastique recyclé ! Pour réaliser ce projet, Aurore est fière d’avoir été accompagnée par un océanographe, un docteur en bio-chimie et l’association Surf Rider ! En s’inspirant d’une coque de bateau amarrée sur le sable, la structure est aussi personnalisable ! Siamensis nous sensibilise et nous incite à ramasser, à trier les déchets trouvés sur les plages, tout en restant ludique et poétique. Aujourd’hui, Aurore recherche des collectivités, des municipalités, des organismes et associassions liés à l’écologie, des partenaires pour déployer son projet sur toutes les côtes de France et lancer son prototype en véritable structure à l’échelle 1 ! 

Aidons Aurore à  limiter les conséquences à venir de la pollution terrestre et marine.

 

Autre belle initiative pour de jolies plages :

CILIM de Tatiana PEROVIC

Au Monténégro, à Sutomore, station balnéaire très réputée des balkans, vous trouverez des plages pas comme les autres. Des installations artistiques utiles, fonctionnelles et harmonieuses embellissent les plages publiques et permettent de vous installer confortablement et trouver un peu d’ombre et d’intimité pour passer une belle journée à la plage. Leur truc en plus ? Elles sont 100 % écologiques et revalorisent le plastique récupéré en mer !

A 25 ans, diplômée de l’école Camondo en Architecture intérieure & Design, Tatiana a décidé de développer de façon concrète sa réflexion menée pendant l’écriture de son mémoire sur la pollution du littoral monténégrin. En racontant une histoire poétique, avec pour objectif de sensibiliser le public au recyclage, elle a imaginé un paysage éco-conçu.

Grâce à la technique de tissage ‘Cilim’ reconnue dans tout le pays comme un savoir-faire ancestral provenant des balkans, Tatiana a baptisé son projet du nom éponyme de cette technique ancestrale, appelée « CILIM ». Elle revalorise ainsi la culture et l’artisanat local et l’impliquant dans un processus d’économie circulaire ! Une invention remarquable puisqu’elle utilise des matériaux innovants pour la structure : tuyaux d’assainissement, tuyaux et fils composés de plastique recyclé ! On adore chez Maker Faire ce projet aux enjeux à la fois, poétiques, ludiques et éducatifs ! Des bouteilles recyclées, façon bouteilles à la mer recyclées et transformées en messages environnementaux et culturels ! Aussi, Tatiana a pensé à mettre en place un système de bennes adaptées afin d’inciter le public à des actions éco-responsables comme le ramassage des déchets environnants. Tout comme Aurore, Tatiana cherche des partenaires financiers pour voir son projet se développer sur toutes les plages de France, d’Europe et plus !

Deux projets fab-uleux que vous pourrez découvrir sur Maker Faire Paris à la Cité des sciences et de l’industrie du 22 au 24 novembre prochain !  

 

Rédigé par Cécile Ravaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *